Les bourses sont-elles sur ou sous-évaluées ?

Il est possible de démontrer avec l’aide d’une dizaine concepts différent, comme avec le ratio cours3bénéfices de Shiller, ou le ratio Q de James Tobin (gagnant d’un prix Nobel) ou selon le ratio de capitalisation de Warren Buffet, etc. que les bourses sont sur évaluées allant jusqu’à 80% de plus. Pareillement, il est aussi possible de démontrer que les bourses sont à la bonne place, voire même sous-évaluées, selon 5 autres concepts.

Il est donc possible de faire un plaidoyer pour démontrer que les bourses sont à la fois sur ou sous-évaluées. Cependant, il est possible de choisir des fonds ou des portefeuilles de fonds qui se comportent bien autant dans des marchés haussiers que des marchés baissiers. Ces fonds perdent moins souvent de capital que leurs semblables, lorsqu’ils en perdent ils en perdent moins et ils récupèrent plus rapidement le capital perdu lorsqu’ils en perdent. C’est le genre de fonds que vous devriez avoir dans vos portefeuilles de fonds. Vous voulez en voir ? Assistez à un de nos webinaires en allant voir le bouton INFOLETTRE et cliquer sur l’onglet webinaire.

Il est certain que Trump a fait un certain nombre de choses qui ont stimulé les bourses comme baisser de 35% à 21% le taux d’imposition des grandes corporations. Ceci leur a permis d’empocher des milliards de dollars de profits additionnels. Les dirigeants de plusieurs de ces corporations ont pris de cet argent afin de racheter des titres de l’entreprise faisant ainsi augmenter la valeur des titres à la bourse. Pourquoi faire cela ? Il y a quelques raisons, dont la principale est que les dirigeants d’entreprises ont souvent d’options pour acheter des titres à un prix donné et si la valeur du titre augmente, ces dirigeants se font plus de gains. Ils font cela pour s’enrichir.

Biden a dit sans sa compagne électorale, qu’une fois élu, il allait augmenter le taux d’imposition de ces grandes corporations et cela devrait créer des pressions à la baisse sur la valeur des titres. De plus, il a dit qu’il n’allait plus permettre aux dirigeants d’entreprise de racheter leurs propres titres, ce qui pourrait encore faire baisser la valeur des titres boursiers.